Retourner au blog

13 mars 2019

Facturation en freelance : 5 méthodes efficaces

Choisir le mode de facturation est déterminant lorsqu’on est travailleur indépendant. Il s’agit tout simplement d’un choix important qui peut avoir une incidence sur la rentabilité de son business !

Finexkap, acteur du financement de la trésorerie au profit des TPE – PME, vous présente 5 méthodes efficaces de facturation en freelance.

La facturation en régie

La facturation en régie (généralement chez le client) s’appuie sur une facturation au temps passé, pour une période donnée. La journée de travail est facturée soit sur la base d’un tarif journalier moyen (TJM) ou bien sur un taux horaire déterminé en amont avec le client.

La facturation en régie est appréciée par les TPE - PME qui ont un besoin immédiat de renfort ou qui souhaitent faire évoluer leurs solutions rapidement. Le freelance est ainsi sollicité pour son expertise durant une période donnée, sur un ou plusieurs projets.

La majorité des freelances privilégient ce système de facturation puisqu’il permet d’évaluer précisément la rentabilité d’un projet et d’éviter ainsi de faire de mauvaises estimations.

La facturation à la mission ou au forfait

La facturation à la mission n’est pas liée au critère «  temps » contrairement à la facturation en régie, du moins pas de façon déclarée, toutefois elle est privilégiée dans le cas de missions courtes. Un forfait est fixé pour la réalisation de la mission, indépendamment du temps qu’elle prendra, sur la base d’un cahier des charges préétabli.

C’est le mode de facturation à adopter pour des missions très connues du freelance. Ce dernier doit maitriser son estimation du temps nécessaire à l’exécution de la mission. Si la réalisation dure plus que prévue, il est en perte car c’est du temps qu’il ne pourra plus facturer.

Il faut savoir que la facturation à la mission est un mode de facturation jugée confortable pour le client qui connait parfaitement ses objectifs et ses attentes en amont.

La facturation au résultat

La facturation au résultat s’appuie sur la négociation d’une rémunération qui est liée au résultat obtenu. Pour le freelance, cela suppose une totale confiance en ses compétences et une certitude quant aux résultats de ses actions !

La facturation au résultat comprend souvent un revenu fixe (sous le régime du forfait ou de la régie), le freelance est ainsi assuré de recevoir une rémunération, quelle que soit l’issue de la prestation, et le client a la possibilité de négocier les honoraires à la baisse dans le but de mieux maitriser son enveloppe budgétaire.

Dans ce type de facturation, la rémunération est souvent élevée, ce qui peut facilement faire oublier le stress lié au résultat !

L’acompte

L’acompte est le mode de facturation à privilégier pour limiter les impayés. L’acompte consiste en un pourcentage de la somme finale, que le client s’engage à verser dès le début de l’intervention. Dans le cas où le prestataire ne réalise pas la mission, il sera tenu de verser des dommages et intérêts à son client, en plus du remboursement de l’acompte.

C’est au freelance de négocier le montant et les modalités du versement de l’acompte.

L’acompte présente un avantage double pour le freelance, il permet d’une part de s’assurer de la fiabilité de l’entreprise qui l’a mandaté et d’autre part de toucher une partie des honoraires sans avoir à attendre la fin du travail.

Le défraiement

Le défraiement consiste en la prise en charge des frais de mission par le client si des déplacements sont nécessaires pour bien réaliser le travail.

La prise en charge des frais de mission ne peut être établie que lorsqu'un accord écrit a été convenu à l'avance avec le client, à la signature du contrat et avant le démarrage de la mission.

Recourir au défraiement représente un excellent moyen de facturation pour permettre au freelance de compléter ses revenus et rester dans ses frais.

Le mode de facturation étant fixé, il est nécessaire de bien gérer sa facturation (format de la facture, les timings…). C’est une tâche pénible mais nécessaire pour le freelance qui n’a pas forcément les compétences, ni l’envie pour gérer ce volet comptable de son activité. Contacter une société de portage salarial peut s’avérer une excellente idée !

En effet, le portage salarial prend entre autre en charge la gestion de la facturation et la comptabilité du freelance.

Découvrez aussi notre article sur les plateformes freelance,  des interfaces qui facilitent la mise en relation et la collaboration entre les porteurs de projets et les consultants indépendants.