Retourner au blog

14 février 2018

Comprendre le BFR pour mieux maîtriser sa trésorerie

Si la gestion de trésorerie est une problématique majeure pour toute entreprise, elle l’est d’autant plus pour les structures de petites tailles. En effet, le respect des délais de paiement (et par extension, la gestion de trésorerie) est le souci n°1 des patrons de PME (Les Echos 2017). Les causes de dégradation de de la trésorerie sont diverses. Il peut y avoir une forte augmentation des ventes, provoquant une augmentation proportionnelle du BFR. Les lignes de crédit court-terme n’étant pas toujours facilement ajustables (dans les délais et dans les proportions nécessaires) les ressources deviennent insuffisantes pour financer l’exploitation. L’autre possibilité est une mauvaise gestion du BFR. L’entreprise laisse se dégrader le délai de paiement des clients ou accroît inutilement le niveau de ses stocks. Dans ce cas, le BFR augmente plus vite que les ventes. Les solutions sont de prendre conscience que des procédures doivent être mises en place, sensibiliser tous les acteurs concernés et financer le poste client ou les stocks. Aujourd’hui, nous vous proposons de faire le point sur le Besoin en Fond de Roulement. La trésorerie (T) résulte de la différence entre le fonds de roulement (FR) et le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) selon l’équation : T = FR – BFR. Toute variation du FR ou du BFR a donc des répercussions immédiates sur la trésorerie. Le Besoin en Fonds de Roulement correspond au besoin de financement que génère le cycle d’exploitation. On a donc : BFR = Actif circulant – Passif circulant BFR = (Stocks + Créances clients) – (Dettes fournisseurs + Dettes fiscales et sociales) Le BFR, de par sa composante exploitation, est sensible à deux éléments : aux caractéristiques sectorielles ou habitudes du secteur dans lequel l’entreprise évolue, comme:
  • La rotation moyenne des stocks : cas des industries de transformation différent de celui des activités commerciales
  • Le rapport de force clients/fournisseurs, lié au pouvoir de négociation de l’entreprise vis-à-vis de son fournisseur
  • La place de l’entreprise dans sa filière de production qui détermine sa proximité ou son éloignement du consommateur final qui lui règle la plupart du temps comptant ses achat
Aux variations saisonnières liées à :
  • Des phénomènes météorologiques ou naturels
  • Des fluctuations de nature aléatoire et donc imprévisibles (impayés des clients, conflit social)
  • La dépendance de l’entreprise à l’égard de l’activité d’une autre entreprise
  • Des habitudes d’achats des clients
Vous souhaitez améliorer le fonctionnement de votre entreprise? Découvrez nos 5 conseils pour une comptabilité réussie. Ainsi que nos conseils pour résoudre les retards de paiement.