Retourner au blog

13 juin 2022

Le scoring traditionnel VS le scoring de crédit fintech

homme qui sent des fleurs

Comment payer mes clients en avance ?

femme qui se bouche les oreilles

Comment le machine learning impact l’industrie financière ?

lego

Courtiers en financement : comment bien s’entourer lorsqu’on dirige une entreprise ?

Qu'est-ce que le scoring ?

Le scoring est une méthode d'analyse du risque utilisée par les entreprises de crédit afin de calculer la probabilité d'un défaut de paiement. Les scores peuvent être utilisés pour évaluer les emprunteurs ou les clients finaux, mais ils sont surtout employés pour évaluer des prêts et/ou des contrats d'assurance.

Les banques jouent un rôle central dans l’évaluation de la solvabilité d’un client demandeur de crédit

Les banques se basent principalement sur les revenus et la situation financière du demandeur en utilisant une méthode d’évaluation de risque appelée « le scoring ».

Cette technique est apparue aux États-Unis au milieu des années 1950, après que les délais pour obtenir un prêt ont augmenté sans cesse et devinrent inexplicables pour les consommateurs. De nos jours, on peut dire que le scoring est une méthode très efficace de capturer les variables clés d’une personne (comme son profil social, ses revenus et son niveau d’endettement) afin de déterminer si elle peut emprunter un certain montant à court ou à long terme avec succès (i.e., soit qu’elle remboursera correctement ses dettes ou ne vivra pas plus des prochains mois).

Le scoring traditionnel

Le scoring traditionnelle est une méthode d’évaluation des risques. Les banques utilisent le scoring pour déterminer la solvabilité du client.

Il utilise uniquement les données personnelles et financières, comme votre revenu ou le montant de vos dettes ou comptes à payer (comme l'hypothèque).

Le scoring de crédit fintech

En utilisant le scoring FinTech, on utilise des données d’aujourd’hui pour faire des correspondances pour demain. Ce dispositif est basé sur le comportement de dépenses et sur le style de vie du client, c’est donc un scoring beaucoup plus comportemental !

Pour analyser les comportement des clients, des outils de machine learning sont utilisés.

Cela permet de voir où le client achète, quels types de produits il dépense ect...

La différence entre le scoring bancaire et le scoring fintech

Scoring bancaire et scoring fintech sont deux méthodes d’analyse des risques. Le premier repose sur l’historique du client et les informations financières fournies par lui, tandis que le second prend en compte son comportement en ligne ainsi que sa capacité à payer ses factures. La principale différence entre les deux systèmes est la façon dont ils traitent les données personnelles : on ne peut pas considérer le score bancaire comme une source indépendante dans ce cadre.

Avec les évolutions technologiques, des établissements financiers comme les plateformes en ligne offrent une alternative au scoring classique. 

Le scoring Fintech s’intègre au comportement client pour connaitre ses besoins et intérêts, lui proposer des prêts personnalisés et garantir la fiabilité du projet.

La première question est de déterminer si la technologie utilisée par la Fintech a un impact sur le scoring. Si l'on regarde le scoring traditionnel, alors il est basé sur des données agrégées à partir de différentes sources : historiques, rapports de crédit etc. Contrairement à cette approche, dans laquelle seules les données financières sont utilisées comme indicateurs de risque, la Fintech propose une approche plus personnelle appelée Behavioral Analytics (BA).

L'analyse comportementale tient compte d'informations non financières, telles que l'activité sur les médias sociaux et les données démographiques, afin de mieux comprendre le comportement des clients et de faire des prédictions plus précises sur leurs performances futures.

L'utilisation de ces méthodologies pourrait permettre aux banques et aux prêteurs de disposer d'une plus grande souplesse dans la prise de décision concernant l'approbation des demandes de crédit, au lieu de se fier uniquement aux rapports de solvabilité, qui ne donnent parfois pas un aperçu suffisant de certaines situations (comme l'incapacité de payer en raison de circonstances imprévues).